__ VOLLORE - MONTAGNE __ GAZETTE DES MONTAGNARDS

 


mercredi 30 janvier 2008

Plateau de l'Artense

A cheval sur les départements du Cantal et du Puy de Dôme, l'Artense est un plateau granitique limité à l'ouest par la vallée de la Dordogne, au sud et à l'est par la Rhue, et au nord par les premiers contreforts du massif volcanique des Monts Dore.

http://www.parc-volcans-auvergne.com/php/comprendre/regions/artense.php4

http://www2.brgm.fr/volcan/g%C3%A9ographiecant.htm

SAINTE-AGATHE

Sainte-Agathe de Catane est une sainte chrétienne, vierge et martyre, fêtée le 5 février.

Deux villes de Sicile, Palerme et Catane, se disputent l'honneur de sa naissance. Ce qui est certain, c'est qu'elle fut martyrisée à Catane, en 251, sous l'empereur Dèce.

dimanche 27 janvier 2008

Rôle et emplacements des croix

Elles veillent sur les sommets, les ponts, les fontaines, les places de nos villages, les carrefours et les chemins.

Les croix

Le " Chemin de Croix " ci-après a été réalisé à partir du remarquable travail d'inventaire des croix disséminées sur toute la commune, qui a été fait par Nicole GUYONNET et Jean MARTY et édité par la municipalité de VOLLORE-MONTAGNE le 18/06/2000, à l'occasion de la Journée du Patrimoine.

Il existe différents types et natures de croix.

Croix des Sommets, Chemins et Carrefours

Croix du Bé

Elle est située au point de jonction de 3 communes : Sainte-Agathe, Viscomtat et Vollore-Montagne.

Croix de Sainte-Agathe


Plan d'accès : cliquez ici

Croix Saint-Guillaume

Elle a été érigée en 1780, sur le territoire de NOIRETABLE ( la limite avec VOLLORE-Montagne étant matérialisée par les bornes qui sont devant ) :


Au pied, de gauche à droite, se trouve l'une des 4 bornes armoriées ( B ), une borne départementale et peut-être l'une des bornes royales de l'Hermitaga (celle qui est couchée) dont l'inscription aurait disparu ?

Plan d'accès : cliquez ici

Croix de La Coche

Elle a été érigée sur le territoire de NOIRETABLE ( la limite avec VOLLORE-Montagne étant matérialisée par les bornes qui sont derrière ) :


A une vingtaine de mètres derrière la croix se trouve l'une des 4 bornes armoriées ( A ), une borne départementale et peut-être l'une des bornes royales de l'Hermitaga dont l'inscription aurait disparu ?


10 DAMMARIE E ?..........................................................................................?
?.......................................................................................................? déposé

Plan d'accès : cliquez ici

Elle est à 500 m de la croix Saint-Guillaume ( à gauche en regardant la croix )

Croix du Col du Pertuis


Plan d'accès : cliquez ici

Croix des Tuiles


Plan d'accès : cliquez ici

Croix de Cofanelle



Plan d'accès : cliquez ici

Croix du Pas de Mousset


Plan d'accès : cliquez ici

Croix du Pré-Neuf



Plan d'accès : cliquez ici

Croix du Trève


Plan d'accès : cliquez ici

Croix de " Chez Treize "


Plan d'accès : cliquez ici

Croix Saint-Benoit


Plan d'accès : cliquez ici

Croix du Bourg

Centre





Lieu de rassemblement ( foire, marché ) la croix y est érigée pour inciter à l'honnêteté des transactions.

Le Cimetière


Pont du Trinquart


Erigée pour consacrer un édifice qui, assurant le franchissement d'un cours d'eau, méritait une protection particulière ( ce type de croix est toujours implanté à l'amont ).

Croix des villages

Lodigerie :

A l'entrée du village :


Au bout du village :



Le Sopt :

Pamole :

Dans le village :




A la sortie du village ( vers la Croix des Tuiles ) :


Les Raillères :

Croix des villages ( suite 1 )

La Voissette :


*

Fafournoux :



Le Verdier :


Bournier :


Entrée du hameau


Au centre du hameau


Près de la fontaine

La Côte :


La Chevalerie :


Derbize :


Croix des villages ( suite 2 )

Sugier :

Croix en granite sculpté, érigée en 1775 :

%%

La Loge :


La Burie :


La grange à l'entrée du hameau


Le lavoir au centre du hameau

Archimbaud :


L'EGLISE






Sainte-Agathe, qui est la Sainte Patronne de notre village

NDLR : " P.P.N. " veut dire " Priez pour nous "

Sa construction s'effectua dans la douleur durant quatre décennies !

vendredi 25 janvier 2008

Les origines du Fougar(d)

Nous donnons ci-après des extraits du remarquable livre de Jean OLLEON : "USAGES ET TRADITIONS ( Auvergne - Bourbonnais - Velay )" paru en 1999 aux Editions du Miroir :

Les festivités les plus importantes se déroulaient le premier dimanche de Carême dit dimanche des Brandons.

On peut penser qu'il s'agissait d'une lointaine survivance de la fête celte d'Imbole, fête de purification célébrée le 1er février chez les Gaulois.

C'est le feu de joie, dit " fougat " ou " fougar " en Livradois, " figo " dans la partie occidentale du Bourbonnais, " fou gaud " en Sologne, " trafugeau " en Combrailles, qui réunissait tout le village. Dans les agglomérations plus importantes il y en avait un par quartier.

Un bûcher pouvait être dressé aussi devant la maison des jeunes mariés de l'année. Dans certaines localités, la jeunesse y adjoignait un beau sapin appelé " mât de la mariée ". Seul le bouquet terminal avait été conservé et sous celui-ci était fixé une couronne à laquelle de petits sabots et de petits baigneurs étaient suspendus.

Le bûcher était allumé par les jeunes mariés de l'année, on effectuait tout autour des danses et des rondes. Puis, quand il commençait de s'éteindre il fallait sauter par-dessus les braises.

Lorsque le " fougat " était éteint, les jeunes mariés que l'on avait mis à l'honneur étaient ramenés chez eux en cortège. Dans certaines contrées, ils avaient toujours en main les chandelles qu'on leur avait remises avant la fête pour allumer le bûcher.

A leur domicile une collation avait été préparée et tous terminaient la soirée en dégustant ensemble bugnes, tartes, etc ...

Les cendres résultant du fougar étaient censées protéger les animaux du mal des pieds et pouvaient être répandues devant les étables.

Nous avons trouvé une description de la fête des brandons dans la LOIRE à REGNY , dans l'YONNE et dans le LOIRET

La fête des Brandons est également célébrée en SUISSE ROMANDE à BOVERNIER, GRANDSON, MOUDON et PAYERNE, ainsi qu'au LUXEMBOURG et ..... probablement ailleurs ( si vous connaissez d'autres lieux de célébration merci de nous contacter ).

mercredi 16 janvier 2008

Voyages, voyages ...

La carte des voyages de Michel ( et partiellement de Michèle ) :

Quelques vieilles diapos numérisées des voyages de Michèle et Michel :

à suivre :

le Pacifique, les Antilles, l'Afrique et le Moyen Orient.

ASIE ( Bali )

Quelques souvenirs d'un périple en Asie, de retour de Nouvelle-Calédonie.

BALI, une île paradisiaque

Vue depuis notre chambre d'hôtel :


La plage :


Une rizière :


Les rizières balinaises modèlent le paysage grâce aux subaks.

Pour voir les différents types de rizières balinaises : cliquez ici

Danses balinaises

Bali île des dieux : la religion y est présente dans chaque acte quotidien et quelle plus belle offrande peut on imaginer que la danse !





L'île aux " mille Temples "

Ils sont l'institution la plus importante de l'île et l'illustration la plus parfaite d'un esprit religieux toujours présent. Grands et petits, ils parsèment le paysage balinais et il y en a tellement que le gouvernement ne cherche même pas à les compter !




Bali se caractérise par une incroyable richesse artistique et artisanale

Confection d'un batik


Pour la suite du voyage :

ASIE ( Singapour - Bangkok )

Singapour

Singapour est une " Cité-État " au bout de la péninsule Malaise ( dont elle est séparée par le détroit de Johor ) qui comprend 64 îles dont la principale est l'île de Singapour ( 585 km² ). Elle fut baptisée Singapura (« ville du lion » en sanskrit) au XIVe siècle par Parameswara. En fait, il n'y a jamais eu de lion sur l'île, mais des tigres !

Dîner-spectacle, avec danses et folklore local :



La célèbre danse des bambous :


Le rythme, donné par le choc des perches de bambou au ras du sol, ne cesse de s'accélérer au fil des minutes !

Initiation de Michel, dubitatif et inquiet pour ses chevilles :-)


Sur le plan culinéaire, il ne faut pas manquer d'aller déguster des " satays "

Bangkok

Capitale de la Thaïlande, son nom entier est le nom de ville le plus long du monde :

  • en thaï : « Krung Thep mahanakhon bowon rattanakosine mahintara ayuthaya mahadilok popnopparat ratchathani buriromudomratchaniwet mahasathan-amonpiman-avatansathri-sakkathatitya visnukamprasit »
  • traduction : « Ville des anges, grande ville, résidence du Bouddha d'émeraude, ville imprenable du dieu Indra, grande capitale du monde ciselée de neuf pierres précieuses, ville heureuse, généreuse dans l'énorme Palais Royal pareil à la demeure céleste, règne du dieu réincarné, ville dédiée à Indra et construite par Vishnukarn »

Les temples sont le coeur et l'âme de Bangkok :

Wat Phra Keo ( Temple du Bouddha d'Emeraude )

Situé dans l'enceinte du Palais Royal :


c'est le temple le plus sacré de Thaïlande, avec ses Yakshas qui en gardent l'entrée :


Il héberge le Bouddha d'Emeraude, qui en réalité est en jade et possède trois costumes d'or et de pierreries qui sont solennellement changées à chaque saison par le Roi : un pour la saison chaude, un pour la saison humide et un pour la saison froide :

Wat arun ( Temple de l'Aube ) :


Sur la rive droite du fleuve Chao Phraya

Wat Traimit ( Temple du Bouddha d'Or ) :


Le Bouddha d'Or pèse 5,5 tonnes, ce qui en fait la statue en or massif la plus importante au monde

Pour la suite du voyage :

ASIE ( Bangkok suite )

Week-end Market

En 1971, ce marché se trouvait près du Grand Palais, mais il a été déplacé à proximité du parc Chatucha. On y vend de tout : des tissus et vêtements, de l'artisanat, des fruits et légumes, des herbes médicinales, des animaux vivants ( poissons, oiseaux, serpents ), etc ...



Une multitude d'échoppes permettent d'y découvrir la cuisine thaï non édulcorée (attention aux papilles, c'est pimenté !) :


Un petit festin, avec notre chauffeur de taxi ( loué à la journée, moins cher qu'une voiture de location ! ), sous l'oeil tristouné de Frédéric qui à l'époque n'appréciait pas encore la cuisine asiatique

Les Klongs

Ces canaux font de Bangkok la " Venise d'Asie " :




Le marché flottant :


Danse Thai

La danse traditionnelle Thaï est un régal pour les yeux par la beauté des danseuses et des costumes :



Pour la suite du voyage :

ASIE ( environs de Bangkok )

La ferme aux serpents


Un magnifique cobra


Michel a adopté un " bébé " python réticulé ( il ne pesait que 20 kg alors qu'adulte il peut atteindre 140 kg pour 9 m de long ! )

La ferme de crocodiles



Bang Pa-In :

Palais d'été, situé à 60 km au Nord de Bangkok et 15 km au sud d'Ayutthaya, sur la rive du fleuve Chao Phraya :



Pavillon Aisawan Dhiphya-Asana



Pour la suite du voyage :

ASIE ( Hong-Kong )

Littéralement « port aux parfums », Hong-Kong était une ancienne colonie britannique ( depuis 1842 ) qui a été rétrocédée à la Chine en 1997 mais qui garde une relative autonomie ( au moins jusqu'en 2047, selon les termes de la déclaration commune sino-britannique ).

Vue de Kowloon ( littéralement « neuf dragons » ), depuis Victoria Peak :



En premier plan la cote nord de l'Ile de Hong-Kong


L'ancien aéroport de Kai Tak, qui ne possédait qu'une seule piste enclavée entre les bâtiments de la ville et la baie de Kowloon et sur laquelle atterir était un véritable challenge : suivant la direction de l'atterrissage, l'avion devait passer à très basse altitude au-dessus des immeubles de Kowloon :


Vue de la partie sud de l'Ile de Hong-Kong depuis " Victoria peak " :


Le port d'Aberdeen et son célèbre village flottant composé de jonques et sampans servant d'habitation :



avec ses non moins célèbres restaurants flottants dont le TAI-PAK :


L'un des nombreux temples de Hong-Kong :


Vue de la Chine continentale depuis les nouveaux territoires :


Pour la fin du voyage :

ASIE ( Japon )

Tokyo ( littéralement « capitale de l'est » ) est la capitale du Japon et la mégapole la plus peuplée du monde avec près de 36 millions d'habitants en 2007.

Pour voir des photos de Tokyo : cliquez ici

En centre ville, le jardin japonais du " New otani Hôtel " ( construit en 1964 dans un parc datant du 16ème siècle ) est un havre de paix où l'on peut s'offrir une paisible promenade dans un décor majestueux :





Kamakura

Le " Daibutsu " ( Grand Bouddha ) Amitabha ( sculpture en bronze, fondue vers 1252, d'une hauteur de 13,35 m ) :


Mont Fuji

Vue du Fujiyama depuis Hakone au bord du lac ashi :


Ryokan


L'île aux perles de Mikimoto

C'est sur cette petite île, dans le port de Toba en baie d'Ago, que Kokichi MIKIMOTO a pour la première fois au monde réussi à produire des perles de culture. Elle abrite un musée dédié à la perle et c'est le dernier endroit où l'on peut voir des démonstrations de pêche d'huîtres perlières par des plongeuses Amas :



Nagoya

Le Château et ses deux dauphins d'or ( kinshachi ) ornant le faîtage :


Nara, près de Kyoto :

Le célèbre " parc aux daims " où environ 1200 daims apprivoisés se promènent en liberté :



Survol de la Sibérie, sur le chemin du retour :



dimanche 13 janvier 2008

Pierre Pamole


Vue depuis FAFOURNOUX


Les deux tables d'orientation :

La table d'orientation principale ( 1.198 m ) :

( Crédit : Nicolas VILLENEUVE )

Village de Fafournoux ( altitude 875 m )

Février 2009 ( depuis la route de Derbize ) :




Décembre 2005 ( depuis Bourdillon ) :


Décembre 2005 ( depuis la route de Noirétable ) :


Février 2009 :

Vendredi 13 février 2009 :




MEMOIRE D'AUGEROLLES ET LA RENAUDIE

Mille ans d'histoire

Après le succès de son ouvrage " L'INCROYABLE SAGA DES TORLONIA ", Henri PONCHON (*) à écrit la chronique d'AUGEROLLES dont le destin est indissociable de celui de LA RENAUDIE jusqu'à la création de cette dernière en 1833.

Depuis sa jeunesse Henri PONCHON a accumulé les informations et parcouru les villages. Il s'est appuyé sur les recherches des spécialistes pour les siècles les plus anciens, a consulté les archives publiques et privées, a sollicité les témoignages pour la période récente. Il a recherché l'équilibre entre le récit descriptif et les illustrations, entre les temps anciens et les évènements contemporains.

Il consacre un chapitre important à la Révolution qui fut particulièrement mouvementée à AUGEROLLES. Il décrit l'installation des municipalités, le développement de l'enseignement, la création de LA RENAUDIE. Il apporte un éclairage inédit sur la guerre de 14-18 grâce aux lettres et aux carnets de guerre de soldats. Il brosse un portrait de la période 39-45, à travers tous ses aspects, positifs ou négatifs, en utilisant archives de l'administration et témoignages.

Il traite de la longue tradition du bois, son exploitation et sa commercialisation, de l'émigration des habitants, décrivant le parcours de quatre d'entre d'eux, de l'évolution des moyens de communication. Il rappelle les monuments et objets, classés ou non, que l'on peut découvrir dans le bourg et les villages et que l'on retrouve dans le cahier couleur.

Il dresse enfin la liste précise et la biographie des maires des deux communes et celle des curés; il cite de nombreux autres personnages publics : enseignants, facteurs, gardes champêtres.

Un ouvrage indispensable pour tous ceux qui habitent Augerolles ou La Renaudie ou y ont une résidence secondaire, pour tous ceux, et ils sont très nombreux, dont les ancêtres en sont originaires.

Vous pouvez l'acheter directement aux Editions de la Montmarie - 63880 OLLIERGUES.

(*) Henri Daniel Ponchon est né, en 1940, à Augerolles (les Grimardies) où il a vécu les premières années de son enfance. Élève du lycée Blaise Pascal à Clermont-Ferrand, ingénieur ENSEEIHT (Toulouse). Carrière professionnelle à EDF : Réseau de Transport d'Energie puis développement international. Vice-Président du C.G.H.A.V., il anime depuis 25 ans la généalogie en Livradois-Forez et a publié de nombreux articles consacrés à l'histoire et aux familles d'Auvergne.

vendredi 11 janvier 2008

ARBRE DE NOEL DE L'ECOLE

Le 21/12/07 a eu lieu l'arbre de Noël de l'Ecole Communale, organisé par l'Amicale Laïque " La Montagnarde "


La distribution des cadeaux :



A l'année prochaine :

( Crédit : Edith CHOMETTE )

jeudi 10 janvier 2008

Autres villages

Le Verdier et La Chevalerie :


En fond, à gauche la Coche (1.246m) et au centre le Pic de la Rochette (1.296 m)

La Côte et Bournier :

Sugier :

Sur la route de Sugier

( Crédit : Emilie SFRONTATO )



La Coche

Vue depuis le Puy Besson :

Le Bourg en premier plan et La Chevalerie en second plan
( Crédit : Nicolas VILLENEUVE )

Plan d'eau

Février 2009 :


Hiver 2005/2006 :



Route de Bourdillon au plan d'eau :


Vodka & Max en ballade.

Route de Fafournoux au plan d'eau :

Ruisseaux

Le ruisseau de Bournier :


A l'aval du plan d'eau

Le Couzon :


jeudi 3 janvier 2008

AMICALE LAIQUE " LA MONTAGNARDE "


La Troupe de " UN REVEILLON A LA MONTAGNE " qui fit un tabac en 2006 :

En haut, de gauche à droite : Fabienne MARRET, Agnès DAJOUX, Yves DUBIEN, Christian VILLAIN et Annie RAINALDY
En bas, de gauche à droite : Emilie SFRONTATO, Christophe GUETTE, Nicolas VILLENEUVE, Pauline RAINALDY et Anouk VILLENEUVE

Patrimoine coutelier de la Montagne Thiernoise

Dix communes "au-dessus" de Thiers se partagent le territoire de la Montagne Thiernoise :

  • Arconsat
  • Celles-sur-Durolle
  • Chabreloche
  • La Monnerie-le-Montel
  • Palladuc
  • Sainte-Agathe
  • Saint-Rémy sur Durolles ( qui ne fait pas partie de la C.C.M.T. )
  • Saint-Victor-Montvianeix
  • Viscomtat
  • Vollore-Montagne

Là, en bord de rivière, dans les bois, ou sur les escarpements, s'est implanté une très importante activité coutelièe depuis le XVème siècle. Le paysage, l'occupation de la montagne, l'architecture y sont le fruit d'une activité qui fut industrielle avant l'heure, et où l'on a été longtemps ouvrier en hiver et paysan en été.

Autour des plateaux industriels aujourd'hui en activité, se lisent les traces des ateliers où ont oeuvré des centaines de mains; et l'on trouve, au fil d'un paysage rural, une organisation du travail qui fait de la montagne une grande industrie.

Atelier à " vannes " au Verdier :




Ancien atelier MARRET ( monteur, polisseur, cloueur ) en rez-de-chaussée

( Crédit : photo de couverture de l'ouvrage ci-dessous )

Le terme local de vannes désigne majoritairement les grandes baies ( fermées de petites vitres rectangulaires ) destinées à éclairer les ateliers. Cependant, il est parfois restreint aux seuls châssis ouvrants. De manière minoritaire, est aussi utilisé le terme de boutique pour désigner la baie, mais il est la plupart du temps réservé à la désignation de l'atelier dans son ensemble. Atelier où, du reste, les rangs effectués sont appelés rangs de boutiques.

1.200 de ces ateliers ont été dénombrés sur la Montagne Thiernoise dans le cadre de l'étude objet de la convention tripartite entre :

- La Communauté de Communes de la Montagne Thiernoise ( C.C.M.T. )
- Le Conseil Régional d'Auvergne ( Service Régional de l'Inventaire )
- La Ville de Thiers ( Musée de la Coutellerie )

publiée en novembre 2007 aux Editions LIEUX DITS :


Cet ouvrage est en vente en librairie et à la C.C.M.T. au prix de 7,00 €

Rouet de Boulary ( La Monnerie-le-Montel ) :


Ateliers à vannes


Roue à aubes



Polissage des lames

Démonstrations lors des journées du patrimoine des 20-21/09/08 :



mercredi 2 janvier 2008

Petit patrimoine profane ( Communal ou Sectionnal ) : Bourg







Petit patrimoine profane ( Communal ou Sectionnal ) : Villages

Inventaire réalisé par la C.C.M.T.










Les emails sont protegés par la solution (raKoonsKy ) AntiVirus & AntiSpam Kaspersky ( http://antivirus-france.com )