__ VOLLORE - MONTAGNE __ GAZETTE DES MONTAGNARDS

 


lundi 23 août 2010

Lit et Pas de la Vierge

Le " Lit de la Vierge " :

A 1.260 m d'altitude, c'est le point culminant de la commune de Vollore-Montagne.

Au sommet d'un chaos granitique :


la Vierge se serait reposée ( à l'ombre du sapin ) après être apparue à celui qui est devenu le premier ermite de N-D de L'Hermitage :


En fond, à gauche, Pierre-sur-Haute


Vue vers la chaîne des Puys, malheureusement dans la brume

Pour voir le panorama :

Pour y accéder depuis la Croix Saint-Guillaume prendre le sentier qui monte dans la forêt ( à droite en regardant la croix ) :


Suivre les flèches bleues

et à environ 400 m tourner à droite ( flèche bleue ) : le chaos est à 100 m


Le " Pas de la Vierge " :

Un rocher, au milieu du GR 3, porte la trace d?un pas :



La Vierge a-t-elle posée son pied à cet endroit avant d'apparaître à celui qui est devenu le premier ermite de N-D de L'Hermitage ?

Pour le trouver :

Il est à 20 minutes à pied de la croix Saint-Guillaume ( un petit panneau indique la direction ).

dimanche 15 août 2010

Les bornes armoriées

Posées il y a près de sept siècles, ces bornes armoriées sont au nombre de 4 sur une distance de 3 Km, entre la croix de la Coche et le Couzon :


Pour voir la photo aérienne correspondante :

Elles ont été inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques par arrêté du 29 décembre 1949.

Il s'agit de bornes de justice délimitant les territoires de Jean Ier, comte du Forez et des Montboissier, seigneurs d'Aubusson.

Elles ont été posées par les Montboissier ( probablement peu après le 8 septembre 1331, date d'acquisition du Bois Saint-Jean par le comte du Forez ) qui étaient alors propriétaires de la forêt d'Aubusson et qui ont dû juger prudent de borner leur bois face à leur nouveau et puissant voisin.

Ces bornes en granite sont remarquables par leur singularité :

elles sont ornées d'un écusson, sculpté dans la pierre, comportant un lion héraldique dressé sur ses pattes postérieures, la queue relevée tout le long du dos, et flanqué de quatre croix à branches égales ( deux au dos du lion, deux sous ses pattes ).

En 1943, l'abbé J-M GOUTTEFANGEAS ( prêtre de l'Hermitage ) a fait une communication sur ces bornes dans le " Bulletin de LA DIANA " ( tome XXVIII - n° 5 - pages 282 à 289 ), dans lequel il y faisait l'hypothèse suivante :

« Notre opinion est que le lion n'a rien d'historique, qu'il est un pur emblème de la fixité des limites. C'est un lion, symbole de la force et de la puissance, qui garde un bornage marqué par des croix, des + tells qu'on les fait sur des rochers pour servir de bornes. Cela veut dire que ce bornage sera définitif et perpétuel. »

Suite à cette communication, l'abbé A. ADAM ( curé de Joze et membre de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont ) lui a adressé une lettre qui a fait l'objet d'une nouvelle communication de l'abbé GOUTTEFANGEAS dans un " Bulletin de LA DIANA " de 1945 ( tome XXIX - n° 2 - pages 63 à 66 ). Cette lettre démontre que « ces bornes portent les armes des Montboissier ».

A fin de cette deuxième communication, l'abbé GOUTTEFANGEAS écrivait donc :

« Après la lecture de cette lettre rien ne nous a été plus agréable que de renoncer à l'hypothèse de blasons symboliques que nous avions émise. Ces armoiries sont donc historiques et ce sont celles de la puissante maison de Montboissier .... ».

Pierre Marie de Montboissier ( vers 1092 - 1156 ), que l'histoire connait sous le nom de Pierre le Vénérable, avait le blason suivant :

alors que celui du comté du Forez était :

Après avoir délimité le Forez et l'Auvergne, puis les communes de Vollore-Montagne et de Noiretable et par la même les départements de la Loire et du Puy-de-Dôme, depuis la Révolution :


Extrait du plan cadastral de VOLLORE-MONTAGNE en 1810

ces bornes délimitent également les régions Rhones-Alpes et Auvergne, depuis la loi du 5 juillet 1972 portant création des régions.

Le lion des Montboissier est un bon gardien !

Il convient de noter que cette limite territoriale a une continuité de plus de 2.000 ans ( ! ), puisqu'elle fut successivement la frontière entre :

Elle se trouve être également la frontière linguistique entre l'Occitan et l'Arpitan.

Malgré l'injure du temps, l'on aperçoit encore le lion et les croix sur certaines bornes :

La borne " D " et le fossé :



L'on distingue les deux croix au dos du lion et l'on devine une croix sous ses pattes

Vous la verrez de loin car elle a été marquée, fort heureusement du côté pile, avec une peinture vermillon :-(

La borne " C " et le " fossé " :



Elle aurait besoin d'un bon nettoyage :-(

Pourquoi le blason est-il côté Forez alors que pour les trois autres bornes il est du côté de l'Auvergne, c'est à dire vers le territoire des Montboissier ?

La borne " B " au pied de la croix Saint-Guillaume ( qui est sur le territoire de NOIRETABLE ) :


La petite borne à droite est une borne départementale et la grosse borne couchée pourrait être l'une des bornes royales de l'Hermitage dont l'inscription aurait disparu ?


La borne " A " à une vingtaine de mètres derrière la croix de la Coche ( qui est sur le territoire de NOIRETABLE ) :


Elle est aux pieds de la personne en rouge


La petite borne au milieu est une borne départementale et la borne de droite pourrait être l'une des bornes royales de l'Hermitage dont l'inscription aurait disparu ?



On distingue bien les deux croix sous les pattes du lion

Une cinquième borne est fichée dans le fossé ( entre les bornes " B " et " C ", près du lit de la Vierge ) mais il s'agit là d'une autre histoire ... :

jeudi 12 août 2010

Les bornes royales ...

Les bornes royales de l'Hermitage :

Lors de la balade du 20 juillet dernier aux 4 bornes armoriées, Isabelle et Robert nous ont montré une « cinquième borne » fichée dans le fossé, près du lit de la Vierge, entre les bornes " B " et " C " :


Contrairement aux quatre autres ( sur lesquelles sont sculptés un lion entre quatre croix ), elle comporte :

  • côté face un écusson en relief sur lequel est gravée une fleur de lys
  • au dos une croix gravée ( symbole traditionnel pour les bornages )


( Crédit photo : François BEGON et Michel MENSE)

Nous nous demandions à quoi pouvait bien correspondre cette borne à fleur de lys ( emblème du domaine royal ), et la réponse nous a été apportée par Marie-Noëlle MURE lors de la nouvelle balade du 10 août. Elle a eu la gentillesse de nous communiquer la photocopie d'un bulletin d'avril 2004 publié par " L'association des Amis de Cervières ", dans lequel il est expliqué que cette borne fait partie des " bornes qui ont été érigées lors de la donation faite par Louis XIV aux missionnaires de N-D de l'Hermitage ". La mission qui se nommait « Mission de Saint-Sauveur au désert » fut alors rebaptisée « Mission Royale de Notre-Dame de l'Hermitage ». Cette donation est intervenue avant 1669 date à laquelle, au prix d'efforts inouïs, fut achevé le premier monastère construit par Messire Jacques PLANAT sur un éperon, devant d'énormes rochers.

Le terrain objet de la donation appartenait initialement aux comtes de Forez (seigneurs de Cervières depuis 1173). Il devint domaine royal, lorsque le Forez fut réuni à la couronne de France, sous le règne de François Ier, en 1531 à la mort de sa mère Louise de Savoie ( qui était l'arrière arrière petite fille d'Anne Dauphine qui apporta le comté du Forez aux Bourbon ).

La croix gravée au dos de la borne se trouve du côté qui regarde le bois de l'Hermitage, objet de la donation.

Un plan de cette donation, daté de 1726, avec la description des bornes est reproduit ci-dessous :


Un arpent valait 10 perches d'arpent, soit 220 pieds du Roi égalant 71,46 m. Par adjonction du mot « carré » ( ici oublié, ce qui était fréquent ) l'arpent pouvait aussi signifier une unité de mesure de superficie valant 5.106 m². Le domaine donné par le roi faisait donc 64,3 ha.

A ce jour, on n'a retrouvé qu'une seule autre borne, quelque peu " défigurée " par de la peinture rouge :-(


( Crédit photo : FOREZ-Info )