Dans l'article paru en page 16 de LA MONTAGNE du 6 courant, la journaliste fait référence à une lettre ouverte du 4 courant mais sans la publier in extenso ( car ce n'est pas la ligne de conduite du journal ).

Pour une bonne compréhension de la situation, les auteurs de la dite lettre ouverte :


Jean-François FAYE .............................. Michel SABLONNIERE

m'ont donc demandé de la publier, ce que je fais ci-dessous conformément à la ligne de conduite de LGDM :

  • Suite à de graves divergences avec la gouvernance actuelle et les orientations nouvelles qu’elle a prises, nous démissionnons de notre poste d’administrateur de « La Maison du Pont ».
  • En effet, nous tenions à une gouvernance éclairée, pragmatique et forte, ce qui a été mis en place est une gouvernance idéologique, brouillonne et molle. Nous ne voulons plus que nos noms ni nos associations réciproques soient associées à la Maison du Pont dont nous ne partageons plus les valeurs telles qu’elles sont devenues aujourd'hui. Après avoir servi de caution pour renouer les fils d’un dialogue constructif avec TDM, puis pour emporter l’adhésion à notre projet, d’avoir servi aussi comme idiots utiles à une coterie dogmatique, nous ne voulons pas devenir le faux alibi d’un échec annoncé. Aujourd'hui, nous constatons que la démarche de l’association la fait s’éloigner de l’esprit de la réponse donnée à l’appel à projets.
  • Michel Mense et Patrick AUJARD l’avaient bien compris avant nous. Ils avaient tous deux vocation à faire partie du conseil d’administration, mais Michel Mense a quitté le " groupe de réflexion ", puis Patrick AUJARD n’a pas donné suite à sa proposition de faire partie du Conseil d’administration.
  • De plus, nous avons fait observer que notre adhésion à l’association avait été faite en approbation avec les statuts alors validés par les membres fondateurs. Or, ces statuts ont été modifiés lors de l’assemblée du 14 octobre à laquelle nous n’avons pas voulu participer car nous n’en partagions pas les finalités. Une modification porte ainsi suppression de la clause d’agrément aux futurs membres par le bureau, ce qui ouvre la porte à toutes infiltrations d’organisation indésirables !!!
  • En conséquence nous, et les organisations que nous représentons, ne prêterons aucun concours à l’association « La Maison du Pont » telle qu’aujourd'hui constituée et ne participeront à aucune de ses activités.
  • Jean-François Faye et Michel Sablonnière

NDLR :

Etant cité dans cette lettre, je pense utile de préciser que j'ai été l'un des signataires du " Manifeste des 143 " et qu'à la suite de cette pétition, un groupe d'une quinzaine de volontaires a constitué un " groupe de réflexion " pour, dans un premier temps, discuter avec les représentants de TDM afin de trouver une solution à la reprise de l'espace touristique.

Dans un deuxième temps, une partie du groupe (particulièrement Jean-François Faye) a rédigé le dossier de réponse à l'appel à projet lancé par TDM.

Début septembre, nous avons été informé par TDM que notre projet était retenu et le groupe s'est aussitôt attelé à la rédaction des statuts.

Au cours de la réunion du 09/09, il m'est apparu que je n'avais plus ma place dans ce groupe ( dont les membres avaient vocation à être les membres fondateurs et futurs administrateurs de l'association ) car je me suis senti être un " has been " qui voulait s'en tenir au bon vieux système d'association loi de 1901 avec un(e) président(e), un(e) ( ou 2 ) V-P, un(e) secrétaire et un(e) secrétaire-adjoint(e), un(e) trésorier(e) et un(e) trésorier(e)-adjoint(e).

En rentrant chez moi j'ai envoyé à tous le mail ci-après :

  • Je vous confirme que je me retire du groupe de réflexion. Par contre je suis toujours partant pour être un " membre de base " de la future association et tenir une permanence si vous avez besoin de bras.
  • « La Gazette Des Montagnards » est aussi à votre disposition pour faire de la pub pour « La Maison du Pont »
  • Michel MENSE

Aujourd'hui, je découvre le retrait d'éminentes personnalités locales telles que Patrick Aujard, Jean-François Faye et Michel Sablonnière ( qui ont tous, comme moi, une longue expérience d'associations " classiques " ) et je suis de plus en plus inquiet quant à l'avenir de « La Maison du Pont » compte tenu de son fonctionnement actuel :

  • l'association est en fait gérée par le conseil d'administration, ce qui n'est normalement pas son rôle dans une association classique ... mais je n'ai aucune expérience d'une association fonctionnant " collégialement "

Donc, à mon niveau de " petit soldat " :

  • " wait and see " ... pour savoir si je suis vraiment un " has been "

Quant à Patrick Aujard, également cité dans la lettre ouverte, il m'a indiqué " qu'il n'avait rien à ajouter à cette NDLR "

Tout cela est bien